Sélectionner une page

Le soutient du MoDem à la proposition de loi (LR) visant à agir contre les violences faites aux femmes

Le soutient du MoDem à la proposition de loi (LR) visant à agir contre les violences faites aux femmes

« 1, 2, 3, 4, 5, 6 … 117. Je sais ce que ce décompte peut avoir de glaçant. Mais il devait résonner ici, dans cette Assemblée. 117. Ce chiffre noir doit nous obséder et nous rappeler l’urgence qui est la nôtre. Il est possible d’agir.  » Aurélien Pradié

Le 15 octobre, les parlementaires ont voté, presque unanimement pour la proposition de loi portée par notre collègue Aurelien Pradié qui donne réellement les moyens juridiques de lutter contre les violences conjugales.

De cette initiative parlementaire venant de l’opposition, quelques mesures phares ont attirés mon attention très positivement. Notamment, l’ordonnance de protection qui est un outil indispensable pour les victimes . L’article 1er précise que l’absence d’un dépôt de plainte ne pourra plus être un retenu comme motif pour refuser d’en délivrer une.

Quant au bracelet électronique anti-rapprochement qui s’adresse aux ex-conjoints et conjoints violents, il a fait ses preuves en Espagne et c’est pourquoi une généralisation encadrée est souhaitée par les députés.

La protection du domicile de la victime en passant par une aide en faveur du logement et l’accès au téléphone grand danger qui sera plus accessible, sont également des mesures indispensables pour protéger de mieux en mieux les femmes victimes de violences.

Je suis fière, qu’au sein de ma circonscription, des initiatives aient déjà été prises en amont à Suresnes. En effet, des taxis spéciaux ont été mis en place pour transporter les femmes dans des hôpitaux ou dans des hôtels à la suite d’un dépôt de plainte pour violences. Et un projet est en cours avec les bailleurs sociaux des Hauts-de-Seine pour réserver des logements d’urgences. 

féminicides recensés depuis le début de l'année 2019

Nécessité de mettre en place les dispositifs annoncés le plus rapidemenment possible

Le bracelet anti rapprochement que le gouvernement veut mettre en place dès début 2020, devrait permettre, nous l’espérons, de diminuer de façon significative ce nombre affligeant. 

 

Share This