Sélectionner une page

La commission des lois questionne Christophe Castaner sur le PLF2020 et les crédits de la mission « Immigration, asile & intégration »

La commission des lois questionne Christophe Castaner sur le PLF2020 et les crédits de la mission « Immigration, asile & intégration »

« Pourriez-vous nous indiquer, si l’ouverture d’emplois à temps plein serait envisagé pour les préfectures de départements ? »

Le 24 octobre 2019, j’ai eu l’occasion d’entendre et d’interroger au nom du groupe MoDem et Apparentés Christophe Castaner en commission des lois sur le projet de loi de finances pour 2020 et les crédits de la mission « Immigration, asile & intégration ».

Extrait de mon intervention au cours de l’examen du texte en commission des Lois, le 24 octobre dernier à l’Assemblée nationale

“La question de l’hébergement des demandeurs d’asile reconnus éligibles et de ceux qui obtiennent le statut de réfugié qui sont dans l’attente de l’obtention du traitement de leur dossier est un sujet crucial notamment dans les Hauts-de-Seine. Le 115 est débordé de demandes de migrants et ne peut amener une aide sur le long terme, les collectivités territoriales s’impliquent plus à la suite de votre demande, je le sais, mais quelles solutions envisagez-vous pour mieux répartir cette demande sur le territoire durablement ?

Quant aux allocations pour demandeur d’asile ainsi que la gestion de l’aide aux retours, elles manquent cruellement de moyens et le PLF2020 ne prévoit rien pour améliorer cela. Ces aides ne pouvant être pleinement déployées ; J’ai donc souhaité interroger le Ministre de l’Intérieur sur l’augmentation des moyens de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration dont les missions ont énormément évolué. »

%

des demandes d'asile du territoire sont faites en Ile-de-France

Les crédits dédiés aux hébergements d’urgences, eux, n’ont augmenté que de seulement O,78 %, que cela soit le centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada), le centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) ou encore l’allocation pour demandeur d’asile (ADA). Malgré le souhait et l’engagement des collectivités territoriales de palier à cela, la situation évolue lentement et d’autant plus dans une région comme l’Ile-de-France où le coup du foncier est plus élevé qu’ailleurs.

Share This